Logo de la ville de Strasbourg: eurométropole, capitale européenne

Novembre

novembre-sans

LA MUSIQUE AU SERVICE DE LA PAIX

« Grâce à la puissance et au charme de la musique, l’esprit de l’homme est élevé. »

La musique, dans quelque langue que ce soit, suscite spontanément la joie et l’enthousiasme. Elle nous libère de notre poids quotidien et nous aide à nous envoler vers les chemins de l’émotion. C’est pour cela que nous pouvons affirmer que la musique est vraiment universelle. Mais l’universalité de la musique ne signifie pas qu’il y ait identité des langages musicaux sur la planète. Bien au contraire, cette diversité des musiques du monde, loin d’être un obstacle à la compréhension réciproque entre les hommes et les cultures, est un terrain idéal d’enrichissement mutuel et une fantastique source d’innovations.

Ce n’est pas par hasard si le vocabulaire de la paix a si abondamment puisé dans la sémantique musicale pour recourir aux termes significatifs de « harmonie raciale », « accord entre les peuples », « concert des nations », voire même « entente internationale » qui évoque le vocabulaire de l’écoute et de l’audition.

Le choix d’une colombe comme symbole de paix n’est pas étranger au fait que les oiseaux sont les créatures terrestres les plus musiciennes. Les écrits baha’is utilisent fréquemment des termes musicaux pour évoquer l’amour et la paix : « La mélodie de l’unité et de la solidarité du monde humain doit atteindre les oreilles de l’Est et de l’Ouest. »

La musique se présente ainsi à l’humanité comme une image allégorique de la paix parce qu’elle a le pouvoir mystérieux d’associer entre eux des hommes qui, souvent, ne parlent pas la même langue.