Logo de la ville de Strasbourg: eurométropole, capitale européenne

Août

calendrier-interreligieux-aout

Nature et religions

Toutes les traditions religieuses transmettent des enseignements sur la responsabilité de l’homme vis-à-vis de la sauvegarde de la nature. Pour les hindous, la création entière est sacrée : planter des arbres et creuser des puits sont des actes justes et méritoires. Pour les juifs, une personne épanouie spirituellement reconnaîtra que chaque créature est liée à toutes les autres et que nous partageons un destin collectif. Les bouddhistes affirment que le problème écologique réside dans la convoitise de l’homme.

Le pape François, dans son encyclique Laudato Si, souligne la nécessité d’une conversion écologique qui passe par un retour à la sobriété et au sens des limites. En France, les responsables protestants, orthodoxes et anglicans invitent à montrer qu’une façon de vivre plus sobre et plus solidaire est possible. Pour les musulmans, Allah a fait de l’homme le gardien de sa Création. Chaque être humain est responsable du devenir de ce monde en gérant avec sagesse et respect, les richesses de la nature. Les croyants bahaïs ont la conviction que l’humanité forme une seule famille. Le principe qui inspire et oriente leurs efforts est celui de l’unité de l’humanité.

La crise écologique oblige à reconsidérer notre rapport à la nature et au développement. Au moment où naît une conscience planétaire, le sens de l’interdépendance de l’Homme et de la nature devient essentiel au cœur de chaque tradition religieuse.